Cela n’a pas toujours été joli, et ce n’est certes pas fini, mais la planète s’est mobilisée de façon extraordinaire durant cette pandémie, s’entraidant et accouchant d’un vaccin en un temps record.

Mais pendant qu’on franchissait la triste barre des 1,6 million de décès de cette terrible maladie infectieuse, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) nous rappelait, tout subtilement cette semaine, que LE plus grand tueur de la planète, qui gagne constamment du terrain, n’est pas un virus provenant d’une chauve-souris en Asie ou d’un microbe qu’on attrape d’un singe de l’Amazonie, mais bien les maladies du coeur.

En effet, les cardiopathies ischémiques et les accidents vasculaires cérébraux sont les principales causes de mortalité dans le monde, responsables de 15,2 millions de décès au total en 2016.

Soit presque 10 fois plus que le coronavirus.
Chaque année.
Depuis maintenant 15 ans.

Et tout cela, il faut le rappeler, à cause d’une condition qui peut être facilement évitée, en commençant par une meilleure alimentation.

Autrement dit, pendant que nos vies ont été radicalement bouleversées par une bibitte qui traînait dans le fond d’une cage en Chine, nous continuons, bon an, mal an, d’accepter de vivre dans un monde ou une maladie prévisible et évitable nous terrasse de plus en plus chaque année, mobilisant constamment nos hôpitaux, nos soins de santé et nos vies.

On ne cherche surtout pas à minimiser l’impact de la COVID-19, mais inversement, on trouve à la fois irresponsable et quasi honteux de minimiser la maladie la plus meurtrière, systémique et dévastatrice de la planète simplement parce qu’on semble avoir accepté de vivre — et de mourir — avec.

Bref, pour la nouvelle année, notre voeu le plus cher — après un retour à la normale et une réunion de Duran Duran — serait de voir la planète enfin se mobiliser pour s’attaquer à ce fléau oublié.

Entre-temps, on se permet de vous rappeler une dernière fois cette année que tout commence vraiment —mais vraiment — avec ce que vous mettez dans votre assiette, au quotidien.

Et pour illustrer ce point, on vous propose une petite chanson magique du temps des Fêtes qu’on a remaniée pour l’occasion, et qui, on espère, vous restera en tête pendant un bon bout de temps.